université
de Bourgogne

Benjamin Bois : « un travail prenant mais très enthousiasmant ! »

Benjamin Bois, enseignant chercheur à l'Institut Universitaire de la Vigne et du Vin (IUVV) a été élu Président de la Commission Viticulture à l'Organisation Internationale de la Vigne et du Vin (OIV).

Qu'est-ce que l'OIV et la commission viticulture ?

actu oiv2004 frL'OIV est une organisation internationale située à Paris, souvent décrite comme "l'ONU du vin", qui est à caractère scientifique et technique. Elle est composée de 46 états membres et de membres observateurs. L'objet de l'OIV est de défendre et structurer tout ce qu'il y a autour du milieu vitivinicole dans le monde. Elle procède par l'élaboration de résolutions qui sont adoptées par consensus, c'est-à-dire que les 46 États Membres doivent être d'accord afin qu'une résolution soit mise en place. Elle construit l'ensemble de ses résolutions sur un plan stratégique quinquennal et donne les grandes directives qui seront défendues.
L'OIV doit apporter des réponses ou des préconisations qui répondent à la fois aux consommateurs, aux acteurs de la filière, aux producteurs...
Elle est composée de 4 commissions : Viticulture, Œnologie, Économie et droit, Sécurité et santé. Dans chacune d'entre elles, des groupes d'experts vont avoir des missions particulières et vont travailler à élaborer des résolutions.
Par exemple, dernièrement nous avons travaillé sur l'évaluation de l'impact du changement climatique sur la vitiviniculture. L'OIV défini par exemple la notion de terroir, mais peut aussi se pencher sur des aspects plus sensibles comme l'utilisation des OGM en viticulture et en oenologie.

Vous avez donc été élu Président de la Commission Viticulture. Comment ça s'est déroulé et quelles sont vos missions ?

Tous les 3 ans le comité scientifique et technique est renouvelé, notamment le président de l'OIV qui est désormais Monika Christmann, professeur à l'Institut de Geisenheim, en Allemangne. Dans le même temps les présidents des différentes commissions sont élus. Notre candidature est en principe soutenue par notre État, en l'occurrence pour ma part c'était l'État français. Pour être élu, il faut la majorité qualifiée pondérée, soit les 2 tiers des voix à condition que la moitié + 1 des états membres présents se prononcent en faveur du candidat (puisque chaque pays membre ne dispose pas du même nombre de voix). Au préalable chaque candidature est validée par les 46 États Membres lors du comité exécutif n'ai été élu lors de l'Assemblée Générale du 38ème Congrès Mondial de la Vigne et du Vin organisé par l'OIV, qui s'est tenue le 10 juillet.
J'ai pour mission de coordonner les travaux de l'ensemble des groupes d'experts de la commission viticulture. Les actions menées entrent dans le cadre du plan stratégique de l'OIV. En ce moment nous nous intéressons, par exemple, à l'usage de l'eau dans les vignobles : dans certaines zones, la consommation d'eau n'est pas toujours raisonnée. L'idée est alors de donner des directives, que l'OIV se positionne, que les producteurs de vin s'engagent sur des actions. Nous donnons des préconisations afin d'aider les producteurs à acquérir de bonnes pratiques.
Donc ça va être un travail assez prenant mais très enthousiasmant !

Qu'est-ce que votre rôle au sein de l'OIV va apporter à l'IUVV et à l'uB ?

Les médias ayant relayé cette information en citant la Bourgogne, l'élection apporte beaucoup d'un point de vu communication pour l'IUVV et l'uB.
De plus, pour l'Institut et l'ensemble du campus bourguignon mais aussi dans le cadre du Pôle Bourgogne Vigne et Vin qui est en train de se mettre en place, c'est une reconnaissance de tous les travaux de recherche qui sont réalisés.
L'OIV est une grande institution concernant tout ce qui est scientifique et technique dans la vigne et le vin. Que l'uB, le Pôle et l'IUVV y soient représentés démontre que nous sommes présents et actifs dans la recherche au niveau international.