université
de Bourgogne

Identification d’un nouveau gène responsable d’une forme de résistance à l’insuline

L'équipe de recherche « Génétique des anomalies du développement » (GAD) de l'Université de Bourgogne, coordonnée par le Pr. Laurence Faivre, a permis d'identifier un nouveau gène dont les anomalies sont responsables d'une maladie rare appelée syndrome de SHORT.

Actu-gene-2013Ces travaux, coordonnés par le Dr. Jean-Baptiste Rivière, biologiste moléculaire au CHU de Dijon, ont permis de mieux comprendre les mécanismes responsables de la résistance à l'insuline, et d'entrevoir de nouvelles approches thérapeutiques pour les patients, qu'ils soient atteints de cette pathologie ou de formes plus fréquentes de résistance à l'insuline.

Cette découverte a eu un effet immédiat puisqu'elle a déjà permis d'améliorer la prise en charge des malades et a permis d'expliquer la pathologie de certains patients dont le diagnostic n'avait pu être établi. Ses travaux permettent ainsi de mettre en avant un concept émergeant qui est celui de la médecine personnalisée, qui consiste à utiliser les données génétiques afin d'adapter la prise en charge clinique des patients.
A souligner que les résultats de cette étude viennent d'être publiés dans la revue spécialisée American Journal of Human Genetics.

Plus d'infos sur le site Génétique des Anomalies du Développement