université
de Bourgogne

Le laboratoire de recherche PEC2 soutenu par la Fondation de France

Le laboratoire de recherche PEC2 soutenu par la Fondation de France Crédits photo : Anne Wilhelm - UFR Santé

Il vient de voir son projet de recherche sur la « Programmation Précoce du risque Cardio-Métabolique » soutenu par une subvention de deux ans.

Depuis plusieurs années, le laboratoire « Physiopathologie et Epidémiologie Cérébro-Cardiovasculaires (PEC2) » de l'UFR Santé, dirigé par le pr. Catherine Vergely-Vandriesse, s'intéresse aux origines précoces des maladies cardiovasculaires. En effet, il est désormais reconnu que des perturbations nutritionnelles pendant des étapes clefs de la vie peuvent influencer ldurablement notre risque de développer plus tard différentes maladies. Ce concept des « Origines Développementales de la Santé » s'étend à l'ensemble de la période périnatale (pré- et post-natale immédiate) porte le nom de « Programmation ». 

Les travaux réalisés par l'équipe PEC2 chez le rongeur ont montré que lorsqu'on augmente leur apport nutritionnel pendant les trois premières semaines suivant leur naissance, cela conduit, lorsqu'ils sont adultes, au développement de plusieurs anomalies cardiovasculaires et métaboliques : un surpoids corporel, une résistance à l'insuline, une hypertension artérielle et une plus grande vulnérabilité du cœur face à l'ischémie (diminution d'apports en oxygène et nutriments, situation que l'on retrouve lors de l'infarctus du myocarde) ou aux effets nocifs de médicaments cardiotoxiques.

Le projet soutenu par la Fondation de France visera à explorer si la « programmation postnatale » rend le cœur plus vulnérable vis-à-vis des pathologies qui représentent les premières causes de mortalité dans le Monde : l'infarctus du myocarde et l'insuffisance cardiaque. L'équipe cherchera à identifier aussi quels gènes cardiaques sont impliqués dans les effets « néfastes » de la programmation.

Ce travail permettra de comprendre comment la nutrition dans les premières étapes de la Vie peut influencer à long terme le risque de maladies cardiovasculaires et métaboliques. Il permettra d'envisager des pistes d'interventions diététiques, afin d'inverser chez l'adulte les désordres induits dans la petite enfance par la programmation. Enfin, un des objectifs à long terme de ce projet sera de relier les résultats obtenus chez l'animal aux situations rencontrées chez l'Homme.

 

Parcourez le site de la Fondation de France